Actualités

En 2019, K-Films Amérique fête ses 25 ans !


Le 11 janvier 2019

KFilms Amérique


K-Films Amérique
25 ans au service des cinémas nationaux
1994-2019


Xavier Dolan J’ai tué ma mère  Solveig Anspach Stormy weather  Pascale Ferland Adagio pour un gars de bicycle, Ressac  Robert Guédiguian À la vie à la mort  Catherine Martin Trois temps après la mort d’Anna, Une jeune fille  Mika Kaurismäki La Reine-garçon  Anne Émond Nuit #1  Claudia Llosa La Teta asustada  Denis Côté Boris sans Béatrice  Jean-Luc Godard Allemagne année 90 neuf zéro, Vivre sa vie  Léa Pool Et au pire, on se mariera  Sophie Laloy Je te mangerais  Sonia Bonspille-Boileau Le Dep  Colombe Savignac-Pascal Ralite Le Rire de ma mère  Rafaël Ouellet Camion  Emmanuel Mouret Vénus et Fleur, Changement d’adresse, Un baiser, s’il-vous-plaît !, Fais-moi plaisir !, L’Art d’aimer, Une autre vie, Caprice, Mademoiselle de Joncquières  Louis Bélanger Le génie du crime  Hiner Saleem Kilomètre zéro  François Gourd L’avis d’un fou  Roland Suso Richter Der Tunnel  François Delisle Toi  Jean Eustache La Maman et la putain  Robin Aubert Tuktuq  Louis Malle Ascenseur pour l’échafaud  Bernard Émond La Neuvaine  Martin Laroche Les manèges humains, Tadoussac  Fatih Akin Julie en juillet  Robert Morin Le Problème d’infiltration  Charlie Chaplin Les Temps modernes, Le Dictateur  Mathieu Denis-Simon Lavoie Ceux qui font les révolutions à moitié n’ont fait que se creuser un tombeau  Maïwenn Le Bal des actrices  Pedro Ruiz Sur les toits Havane  Moussa Touré La Pirogue  Marc Séguin La Ferme et son État  Sion Sono Guilty of romance  Etienne Desrosiers Roger D’Astous  Alessandro D’Alatri Senza Pelle  Alexandre Chartrand La Planque, Avec un sourire, la révolution !  Agnès Jaoui Au bout du conte  Maryanne Zéhil De ma fenêtre sans maison, L’Autre côté de novembre  Carlos Saura Fados  Jean-Sébastien Lord L’Ange gardien  Mohamed Chouikh L’Arche du désert  Onur Karaman Là où Atilla passe… Alexandre Sokourov Le Soleil  Bachir Bensaddek Montréal la Blanche  Nicole Palo Emma Peeters  François Péloquin Le Bruit des arbres  Claire Simon Gare du Nord  Ryan McKenna  Le cœur de madame Sabali  Thomas Cailley (Les Combattants) Samuel Matteau Ailleurs  Benoît Jacquot Journal d’une femme de chambre  Michel La Veaux Hôtel La Louisiane  Raoul Peck Le jeune Karl Marx Alexis Fortier Gauthier-Maxim Rheault-Francis Fortin D’Encre et de sang  Rebecca Zlotowski Belle épine, Grand Central  Sylvain L’Espérance Un fleuve humain  Mikko Kuparinen Deux nuits jusqu’au matin David Paradis Le Nid  Mikhaël Hers Ce sentiment de l’été  Yves Sioui Durand Mesnak  Stephan Streker Le monde nous appartient, Noces  Nathalie St‑Pierre Ma voisine danse le ska  Karen Yedaya Or mon trésor, Jaffa  Olivier Asselin Un capitalisme sentimental  Arash T. Riali Pour un instant la liberté  Jeff Denis Napoléon en appart  Jacques Ouaniche Victor Young Perez  Gilles Noël Jack Paradise  Im Kwon‑taek Ivre de femmes et de peinture Carmen Garcia‑German Gutierrez L’Affaire Coca-Cola  Frédéric Mermoud Complices  Frères Fuica La Run  Frères Vega Octubre  Alain CorneauLes mots bleus  Roger Cantin Un cargo pour l’Afrique  Francisco Vargas Le Violon  Jean Beaudry La gang des hors-la-loi  Vinko Brešan Bonté divine  Marc Bisaillon La lâcheté  Edmond Bensimon Emmenez-moi  Patricio Henriquez Sous la cagoule  Jeanne Labrune Sans queue ni tête  Denis Langlois Amnésie Ina Mihalache Solange et les vivants  Serge Giguère À force de rêves  Song Chuan Ciao Ciao  Jean‑Sébastien Lozeau Live Story  Roberto Andò Le Prix du désir  Martin Guérin Voir Ali  Paul Lacoste Entre les bras  Jim Donovan Pure  Lionel Steketee‑Fabrice Éboué‑Thomas Ngijol Case départ  Suzy Cohen 26 lettres et un philosophe Fabienne Godet Sauf le respect que je vous dois  Stéphane Géhami En plein cœur  Min Bahadur Bham Kalo Pothi  José Luis Rugeles Alias Maria  Jérôme Bonnell Le Chignon d’Olga  Isabelle D’Amours Les mots gelés  Benjamín ÁvilaEnfance clandestine  Saphia Azzeddine Mon père est femme de ménage Stella Goulet La Pension des étranges  Andrea Santana-Jean‑Pierre Duret Puisque nous sommes nés  Andrés Wood Mon ami Machuca  Geoffrey Enthoven Hasta la vista  Amat Escalante Heli  Sven Taddicken Le Bonheur d’Emma  Erik Clausen Villa paranoïa  Vanja D’Alcantara Le cœur régulier  Merzak Allouache Le Repenti  Nicolas Klotz La question humaine, L’Héroïque lande-Elisabeth Perceval L’Héroïque lande  Lidia Bobrova Baboussia  Pascal Elbé Tête de turc  Nicolae Mărgineanu Bénie sois-tu prison Mitra Farahani Tabous  Rodrigue Jean Full Blast  Jacek Borcuch Tout ce que j’aime  Marcel Simard-Denis Villeneuve-André Forcier-Chloé Leriche-Kim Nguyen-Geneviève Allard-Paule Baillargeon-Manon Barbeau-Philippe Baylaucq-Michel Brault-Marie‑Julie Dallaire Un Cri au bonheur  Kambuzia Partovi Café transit  Richard Lavoie Quais-blues  Pierre Schoeller Versailles  Juan Andrés Arango García La Playa  Pascal Bonitzer Je pense à vous  Patrick Gazé Ceci n’est pas un polar  Amor Hakkar La maison jaune  Garri Bardine Le vilain petit canard  Laurent Salgues Rêves de poussière Bohdan Sláma Stesti  Marie Miyayama Le Point rouge  Anno Saul Kebab connection  Tristán Bauer Illuminados por el fuego  Jean Van de Velde L’Armée silencieuse  Olivier Coussemacq L’enfance du mal  Gergely Fonyó Made in Hungaria  Pablo Giorgelli Las Acacias  César Augusto AcevedoLa Terre et l’ombre  Philippe Aractingi Bosta  Stéphanie Duvivier Un roman policier  Roberto Garzelli Le sentiment de la chair  Salif Traoré Faro, la reine des eaux  Stan Neumann L’œil de l’astronome Charles Najman Royal bonbon Pascale Pouzadoux Toutes les filles sont folles Claude DutyFilles perdues, cheveux gras  Orso Miret Le silence  Denis Dercourt Les cachetonneurs, Lise et André, Mes enfants ne sont pas comme les autres  Jean‑Jacques Zilbermann Tout le monde n’a pas eu la chance d’avoir des parents communistes  Yves Caumon Cache-cache  Winfried BonengelFührer-Ex  Luís Galvão Teles Elles  Namir Abdel Messeeh La vierge, les coptes et moi  Nathan Ambrosioni Les drapeaux de papier  Darya Zhuk Crystal swan  Ismaël Ferroukhi Les hommes libres  Wilfried Huismann Cher Fidel, l’histoire de Marita  Roger Boire Comment devenir un trou de cul et enfin plaire aux femmes  Laure Charpentier Gigola  David Eng Grand cru  Dalibor Matanić Soleil de plomb  Markus Schleinzer Michael  Thomas Imbach Marie reine d’Écosse  Pascale Ferran L’âge des possibles  Matías Lucchesi Sciences naturelles  Marcelino Islas Hernández Clases de Historia Annarita Zambrano Après la guerre  Claude Demers Une femme, ma mère  Alexis B. Martin Cuba Merci Gracias  Rabah Ameur‑Zaïmeche Dernier maquis  Corneliu Porumboiu 12 :08 à l’est de Bucarest  Stefan Ivanov La route devant  John Kozak Hell Bent  Hunt Hoe Seducing Maarya




CAMÉRA D’OR Festival de Cannes Las Acacias (Les acacias) Or, mon trésor, 12 :08 à l’est de Bucarest,
La tierra y la sombra (La terre et l’ombre)
OURS D’OR Festival de Berlin La teta asustada


Films du Québec, de France, d’Italie, d’Allemagne, de Belgique, du Sénégal, du Népal, de la République populaire de Chine, d’Algérie, du Bangladesh, de Russie, d’Estonie, de Finlande, de Suède, du Danemark, du Japon, d’Islande, d’Argentine, du Pérou, d’Espagne, du Portugal, de Croatie, du Mexique, de Colombie, de Suisse, du Luxembourg, d’Haïti, de Roumanie, d’Iran, de Turquie, du Kurdistan, de Hongrie, de Pologne, Brésil, Mali, République tchèque, de l’Égypte.


Visitez notre site www.kfilmsamerique.com
et notre Vimeo sur demande vimeo.com/kfilmsamerique/vod_pages

Voici ce qu’il faut faire pour continuer de suivre K-Films Amérique sur Facebook


Cher.e.s cinéphiles,

Facebook fait des mises à jour et nous voulons vous garder comme lectrices et lecteurs de nos actualités cinématographiques !
Facebook a récemment pris la décision de réduire la présence des publications provenant des pages d’entreprises, comme celle de K-Films Amérique, dans le fil d’actualités de ses usagers.
Vous pouvez toutefois suivre la procédure suivante, très simple, pour continuer de voir les publications de K-Films Amérique dans votre fil.

- À partir de votre ordinateur, allez sur la page Facebook de K-Films Amérique et cliquez sur le bouton « S’abonner » ou « Déjà abonné » selon votre situation.
- Dans le menu déroulant qui s’affiche, sélectionnez l’option « Voir en premier ».


Facebook KFilms Amerique


Si vous êtes sur un appareil mobile, allez sur la page de K-Films Amérique et appuyez sur le bouton « Abonné ». Sélectionnez ensuite l’option « Voir en premier », qui apparaît dans la section « Dans votre fil d’actualité ».


Facebook mobile KFilms Amerique

Montréal le 1er février 2018

Roger D'Astous, le documentaire de Etienne Desrosiers sera diffusé à partir de ce mois-ci dans 165 pays, et dans 32 langues, grâce à TV5MONDE !

K-Films Amérique tient à rappeler que, ayant connu un beau succès en salle au Québec, puis ayant été présenté dans des dizaines de festivals à travers le monde, Roger d’Astous, le documentaire fascinant d’Etienne Desrosiers sur l’architecte québécois, le seul ayant étudié avec Frank Lloyd Wright, sera diffusé dans 165 pays, traduit dans 32 langues, dont le swahili, le mandarin, le japonais, le vietnamien, le grec, en plus de l’anglais, de l’allemand, du néerlandais, de l’espagnol etc.



Ici bas Roger d’Astous avec Frank Lloyd Wright

BANDE-ANNONCE

Roger d’Astous



Disponible en Exclusivité en VIMEO SUR DEMANDE !
et en DVD Sur la pochette DVD, Roger d’Astous et son épouse conduisant la voiture du célèbre architecte américain

Roger d’Astous

www.kfilmsamerique.com pour le dossier de presse complet

Montréal, le 6 décembre 2017

Communiqué du Regroupement des distributeurs indépendants de films du Québec

Montréal – 06/12/2017 - Nous tenons à féliciter le Gouvernement du Québec qui a décidé de taxer les plateformes numériques étrangères, dont Netflix, qui concurrencent actuellement de façon déloyale et sans aucune obligation nos plateformes québécoises qui elles, sont taxées et tenues à diffuser du contenu canadien. Une injustice fiscale flagrante.

Le RDIFQ souhaite vivement que les sommes récupérées par la taxe sur les plateformes numériques étrangères soient dédiées à la promotion et à la production du cinéma québécois, au même titre que la taxe sur l’essence est dédiée au transport. Notre cinéma national a besoin de ces nouvelles sommes pour concurrencer la puissante machine de production de films de Netflix dont le contenu sera contrôlé et avalisé par le propriétaire américain.

Avec des budgets supérieurs à ceux de Téléfilm et de la Sodec combinés, Netflix a la possibilité de contrôler leurs propres projets au Québec mais dont seulement quelques joueurs d’ici bénéficieront. Cette invasion historique sans précédent n’est pas à prendre à la légère, c’est la diversité des points de vue et la richesse de notre cinéma national qui est remis en cause. Pour s’assurer que notre culture québécoise continue d'être créée par des producteurs d’ici, d'être présentée à un public québécois et de rayonner à travers la planète, les festivals et les marchés, assurons-nous que les producteurs et les distributeurs québécois aient les moyens de compétitionner sur un même pied d’égalité.

Compte tenu de l’absence totale de volonté politique du gouvernement fédéral de protéger la culture québécoise et son cinéma et ce, malgré les recommandations répétées de l’industrie et des représentants des associations les plus concernées, le RDIFQ propose aussi que soit rapatriée au Québec l’entière juridiction des plateformes numériques.

Il en va de la survie de notre Culture.

Pour informations : Andrew Noble, Président (514) 998-0974 ou Louis Dussault, Vice-Président (514) 277-2613


Regroupement RDIFQ

Montréal le 27 novembre 2017

K-Films Amérique ouvre sa chaîne Vidéo sur Demande sur VIMEO  !

C’est suite aux articles de Marc-André Lussier du journal la Presse, mentionnant la difficulté au Québec d’avoir accès aux films de Répertoire, que K-Films Amérique a décidé d’ouvrir son catalogue de films : «Les cinémas nationaux de qualité» qui va s’enrichir de semaine en semaine.

Profitant de la sortie en DVD, et sur VOD, le 5 décembre 2017 du grand succès de Robert Morin LE PROBLÈME D’INFILTRATION, nous invitons le public à venir visiter la Boutique en ligne, tout en se procurant le film du cinéaste québécois sur notre plateforme VIMEO ou les autres films désormais aussi disponibles sur cette plateforme.

Vimeo

AVIS AUX CINÉPHILES !
K-Films Amérique ouvre son catalogue de films à la Vidéo sur Demande sur Vimeo !
De grands films sont disponibles, et l'offre va s'agrandir de semaine en semaine !


Cliquez aussi sur le logo en haut à gauche de notre site Web www.kfilmsamerique.com

www.kfilmsamerique.com

Montréal, le 3 octobre 2016

CEUX QUI FONT LES RÉVOLUTIONS À MOITIÉ N’ONT FAIT QUE SE CREUSER UN TOMBEAU

Un film de Mathieu Denis et Simon Lavoie
Avec Charlotte aubin, Laurent Bélanger, Emmanuelle Lussier-Martinez, Gabrielle Tremblay.

Première mondiale au TIFF 2016 | Prix du Meilleur Film Canadien au TIFF 2016
Première québécoise au FNC 2016 | Présentation spéciale au Cinéma L’Impérial le 8 octobre 2016
AU CINÉMA LE 3 FÉVRIER 2017

Ceux qui font les révolutions à moitié n'ont fait que se creuser un tombeau

«Je voudrais dire quelques mots en français car ce film est pour tous, mais surtout pour les gens du Québec. J’espère que ce film pourra contribuer à réveiller un peu ce Québec qui dort» Simon Lavoie, lors de la remise du Prix au TIFF 2016.

«Il y a de fortes chances que cet objet étrange et percutant devienne un film culte.» Nathalie Petrowski La Presse à Toronto

«It’s about a deeper anxiety; a Kierkegaardian angst about the overriding pleasure and terror of existence itself.» John Semley The Globe and Mail à Toronto

«A gorgeous, deep and highly contemporary masterpiece» Kasia Karwan, Distributrice, France/Pologne, à Toronto

«Ce film est un trésor caché» Piers Handling Président du TIFF

K-Films Amérique aux audiences montréalaises de la commission sur le renouvellement de la Politique culturelle du Québec.

Montréal le 24 août 2016 dans le Cadre de la consultation publique ‘’Renouvellement de la Politique culturelle du Québec’’

Ce Mémoire sera lu demain par Louis Dussault, Président de K-Films Amérique aux audiences montréalaises de la commission sur le renouvellement de la Politique culturelle du Québec. Il a été écrit et remis en mars dernier, date butoir pour le dépôt et la possibilité de le lire devant les Membres de la Commission. Il est par ailleurs tout à fait actuel.

Politique de programmation de Télé Québec
Le Mémoire aborde la politique de programmation cinéma de Télé Québec, lacunaire, qui n’a aucun cahier de charge, ne se donne aucune obligation de développer le cinéma d’auteur et international, à titre de télédiffuseur éducatif et culturel. Son sous financement chronique le met sous l’influence des commanditaires qui semblent dicter sa programmation.

La Loi du cinéma constamment contournée
Autre sujet abordé: le contournement de la Loi du cinéma par des sous distributeurs d’ici qui permettent aux majors américains d’acheter pour le territoire du Québec des films européens porteurs, privant d’autant les distributeurs québécois de ces films et de leurs revenus.

E-One phagocyte le marché du cinéma au Québec
Est abordée aussi l’arrivée sur le Marché de la Compagnie E-One, qui assure actuellement un quasi-monopole, déstabilisant considérablement les rapports de force, affaiblissant les distributeurs indépendants. La Sodec, en compensation, a conçu un programme d’aide sur 2 ans, constitué par un prêt remboursable à 50% et non récurrent. Nous croyons que l’aide ne devrait pas être remboursable et le programme devrait être récurrent. Il n’y a pas d’autre solution pour rééquilibrer les forces actuellement sur le marché, si on considère que ce marché est un petit marché dont la notion de rentabilité doit être culturelle, et une compagnie cotée à la Bourse comme E-One (Films Séville au Québec) qui contrôle tout et se trouve à phagocyter les règles du marché libre.Une aide récurrente tant qu’il n’y aura pas de rééquilibrage est essentielle au maintien de distributeurs indépendants qui se consacrent à la distribution du cinéma d’auteur, celui qui nous fait toujours connaître partout dans le monde à travers les festivals. Si on veut mesurer l’impact de nos films sur la scène internationale, si le Ministère du Tourisme devait payer pour cette publicité il lui en couterait au moins 10 fois plus cher. L’Investissement des Institutions dans le cinéma, récupérable sur les revenus des films, sur tous les marchés, __ et non les subventions, car il n’ y a pas de subventions__, est donc extrêmement rentable.

Le cinéma devrait être enseigné dès le secondaire, pour faire murir les mentalités du public, lui donner des outils critiques
Finalement, nous pensons que le cinéma devrait pouvoir être enseigné dès le secondaire, afin que puisse murir les mentalités publiques à l’égard des lectures à faire sur les films qu’on lui offre sur le marché. Une capacité intellectuelle de décoder le langage des cinématographies nationales amène un élargissement des connaissances, une curiosité à l’égard de l’Histoire, la géographie, les langues, la politique, la littérature, la musique. L’enseignement du cinéma au Cégep seulement, et en offre spécialisés n’est pas suffisant.

L’Éducation est l’outil essentiel pour développer un public mature et friand de cinémas de toutes provenances, faire de notre Société au Québec l’une des plus évoluée au monde.

Cet objectif ne peut pas reposer uniquement sur les épaules des distributeurs indépendants sous financés, ni sur les initiatives fort louables de Media Film, de l’Association des cinémas parallèles, du Festival du film pour enfants de Montréal, et de Rimouski, eux-mêmes sous financés, et dont les activités pourraient s’étendre et avoir une influence réelle sur l’enseignement, en complément d’un corps cinéma enseigné dès le secondaire.

Bonne lecture,

Louis Dussault Président
K-Films Amérique

La Boîte noire ferme après Ex-centris, Où s'en va l'offre culturelle?

Il faut voir les choses qui arrivent d’un point de vue plus large, il nous faut une Politique culturelle.

Je connais la Boite Noire depuis ses débuts. François Poitras son fondateur, en 1986 était venu me voir aux Films du Crépuscule, l’ancêtre de K-Films Amérique , et nous étions situés aux coins de St-Denis et Mont-Royal, lui aux coins de Marie-Anne et Rivard. Il voulait mes films en VHS. Le seul autre club video alors à Montréal était celui de Roland Smith dans l’enceinte du cinéma Outremont, un peu plus tard Videotron ouvrait son premier aussi, sur Masson près de St-Michel, un Jean Coutu aujourd’hui. Je lui ai laissé les films en partage de recettes, nous n’avions pas encore de modèle économique, on fonctionnait de cette façon au début: il a eu ainsi pour offrir à ses premiers clients, provenant de chez nous Histoire de fantôme chinois de Tsui Hark, LA LOI DU DÉSIR d’Almodovar, Le Maître de musique, les films danois d’Erik Clausen, des films allemands, sud américains, africains, bref, les cinémas nationaux , et nos films québécois LA CUISINE ROUGE, L’HIVER BLEU, LA TURLUTE DES ANNÉES DURES, PLUSIEURS TOMBENT EN AMOUR etc...genre de films qu’aujourd’hui K-Films Amérique continue à offrir à la Boite Noire. Tous ces films avaient préalablement prit l’affiche en salle. Ces films contribuaient à une économie viable, car Tele Québec ou Radio-Canada les achetait presque tous, et le distributeur que nous sommes toujours en achetait de nouveaux, les sortait en salle, ensuite ils étaient à la Boite Noire...La roue tournait. Tous les clubs video du Québec ont par la suite adopté les méthodes de classification par cinématographies nationales inspirées de la Boite Noire, ou à tout le moins ont tous mis sur pied des sections ‘’répertoires’’ afin que la clientèle puisse rapidement identifier le ‘’type’ de films qu’elle souhaitait louer... La Boite Noire a contribué partout au Québec à l’essor des cinémas nationaux dans les clubs video, cette institution a fait école. La Boite Noire faisait dans l’éducation, tous les employés étaient et sont encore de grands connaisseurs, c’est un critère d’emploi.

Comment développer la demande, la curiosité, l’intérêt pour les cinémas nationaux si l’offre disparait peu à peu.

Après Ex-Centris, LA BOITE NOIRE. Où sera-t-il possible désormais de développer la cinéphilie au Québec? Inévitablement le demande pour les films de qualité et le cinéma international va baisser faute d’offres. A la veille des audiences attendues sur le renouvellement de la Politique culturelle du Québec, un an avant les Célébrations du 375 ième de Montréal, deux Institutions culturelles, deux Temples du cinéma ont fermé.

Quelques questions: François Poitras, Propriétaire fondateur de la Boite Noire parle de la concurrence de Net Flix, identifié comme le Über du Cinéma, voici une première question. Si, comme pour Net Flix, la Boite Noire n’avait pas eu de taxes sur la masse salariale, pas de taxes municipales à payer, pas de TPS-TVQ, comme Net Flix, aurait il pu tenir le coup? Sûrement, un compétiteur qui n’a pas de cahier de charge, pas de taxes, pas d’impôt à payer, pas de bureaux à entretenir peut compétitionner avec n’importe qui ayant des charges d’un citoyen corporatif normal qui contribue à la Société qui le fait vivre.

Autre question, concernant l’autre institution qui a fermé: Pour Ex-Centris c’est un peu différent, mais un élément aurait pu leur permettre de maintenir leur marge bénéficiaire et tenir le coup, c’est le prêt de la SODEC impossible à rembourser, que le SODEC n’a pas voulu renégocier. Pourtant ce prêt de 4$ millions, de toute façon, est perdu, ne sera pas remboursé et en plus, il n’y aura plus de cinéma.

NETFLIX le pirate qui s’empare de notre Marché

On permet d’une part à un pirate __NETFLIX__d’offrir des films sans charge sociale aucune, on refuse de lui imposer toute règlementation, et NetFlix plus largement, n’oublions pas s’attaque à toute l’économie des réseaux d’offres en VSD (ILLICO-BELL-TELUS) qui eux paient des taxes, mais aussi à Super Ecran, qui achète nos films québécois. Pour Ex-Centris, d’autre part , on perd un prêt de 4$ millions, que la salle ouvre ou ferme, aussi, ne valait il pas mieux d’un point de vue culturel, laisser la salle ouverte ? C’est le point de vue comptable qui a prévalu dans ce cas, plutôt que la volonté culturelle. Avec les comptables on va aller loin, on perd l’argent, et on perd la salle de cinéma. Avec le point de vue culturel, on gardait la salle, l’argent lui, était perdu, ou, solution raisonnable, était investi dans une salle restant ouverte et participant à une économie du cinéma d’auteur et du cinéma international, c’était un maillon de la chaine qui menait à la Boite Noire par la suite, puis à Tele Québec et Radio Canada à la fin.

La comptabilité doit être au service de la politique culturelle, et non l’inverse.

Avec une Politique culturelle affirmée, des programmes adaptés aux modèles d’affaires des entreprises culturelles, avec une volonté politique solide, la comptabilité serait au service de la culture.

Louis Dussault
K-Films Amérique

Sélection Officielle du film québécois Montréal la Blanche au Festival de Rotterdam

Le film du Québécois d’origine algérienne Bachir Bensaddek, produit par Stéphane Tanguay, MONTRÉAL LA BLANCHE, a été sélectionné dans la section VOICES du prestigieux Festival international du film de Rotterdam. Le Festival a lieu du 27 janvier au 7 février prochain aux Pays-Bas et comprend 4 sections: Bright Features, Voices, Deep Focus et Perspectives.

Voici comment se définit la section VOICES du Festival
Films distinguished by mature quality and powerful, relevant content.
Voices is made up new works by mostly established filmmakers with distinctive voices, presenting inspirational films. Limelight is part of Voices: in Limelight, IFFR works with Dutch distributors to support the release of a selection of approximately thirty films from this successful programme. Films selected for Voices: 11 Minutes by Jerzy Skolimowski and Heart of a Dog by Laurie Anderson.

https://iffr.com/en/blog/iffr-creates-four-sections-of-film-experience

Montréal La Blanche prendra l’affiche au Québec en salle le 18 mars prochain

BORIS SANS BÉATRICE de Denis Côté en Compétition Officielle au Festival de Berlin

Montréal le 11 décembre 2015
Le dernier Opus du cinéaste québécois Denis Côté sera de la prochaine Compétition Officielle du Festival de Berlin qui se tient du 11 au 21 février 2016. Rappelons que VIC + FLO ONT VU UN OURS du même cinéaste avait remporté à Berlin en 2013 l’Ours d’Argent, nommément le Prix Alfred-Bauer (Alfred-Bauer Preis) est l'une des récompenses de la catégorie des Ours d'argent*.

K-Films Amérique distributeur du film au Canada, et le producteur Metafilms dévoileront mercredi l’affiche du film.

BORIS SANS BÉATRICE de Denis Côté en Compétition Officielle au Festival de Berlin

Le coeur de madame Sabali - Prix Spécial du Jury

Après avoir emporté au FNC le Prix Focus du meilleur film québécois, «Le coeur de madame Sabali» vient de remporter le Prix spécial du Jury au Festival international du film de Geo Saizescu en Roumanie.

Le coeur de madame Sabali - Prix Spécial du Jury

Le Dep - Eve Ringuette, meilleure actrice au American Indian Film Festival de San Francisco!

L’actrice Eve Ringuette a remporté Samedi pour la deuxième fois, le prix de la meilleure actrice pour son rôle dans le film produit en Outaouais, "Le dep". Samedi le 14 Novembre avait lieu le gala de remise de prix de la 40eme édition du American Indian Film Festival à San Francisco. Pour la soirée, le film "Le dep" était nommé dans plusieurs catégories : meilleure actrice, meilleur acteur, meilleur film , meilleure réalisatrice et meilleur acteur de soutiens. C’est finalement Eve Ringuette s’est démarqué, en remportant pour la deuxième fois le prix de la meilleure actrice (première fois en 2012 pour son rôle dans Mesniak).

Existant depuis 1975, le festival célébrait son 40eme anniversaire cette année. Le festival , qui a présenté plus de 3000 films déjà, a comme but d’amener un autre point de vue sur la communauté autochtones en se démarquant des histoires clichés démontrés dans les médias actuels. Elle cherche à amener un auditoire autochtone et non-autochtone, et représenter de manière authentique leur culture.

Eve Ringuette joue le rôle de Lydia, une jeune femme innue, qui travaille au dépanneur de son père dans une petite communauté autochtone du Québec. Un soir qui s’avère ordinaire, Lydia est victime d’un vol à main armée. Cet évènement, en soi assez troublant, l’est encore plus quand elle découvre l’identité de son agresseur. Conséquemment, elle se voit forcée de faire un choix qui pourrait avoir des répercussions sur le reste de sa vie. Pour voir la performance de Eve, le film Le dep est disponible en ligne sur Vimeo sur demande, à la télévision sur Illico ainsi que Bell télé.

Le Dep